Le règne du vivant – Alice Ferney #rentréelittéraire #lecture

 

Livre lu pour le prix des lecteurs pour la rentrée littéraire sur le site entrée livre

qui vient de fermer ses portes,

Tout est disponible sur le site decitre

J’en ai parlé ici

***

9782330035952FS

****

Le règne du vivant – Alice Ferney

Editions Actes Sud

20 août 2014

19€

206 pages

 

Résumé :

 

Aiguillonné par la curiosité, et très vite porté par l’admiration, un journaliste norvégien s’embarque sur l’Arrowhead avec une poignée de militants s’opposant activement à la pêche illégale en zone protégée. À leur tête, Magnus Wallace, figure héroïque et charismatique qui lutte avec des moyens dérisoires – mais un redoutable sens de la communication – contre le pillage organisé des richesses de la mer et le massacre de la faune.
Retraçant les étapes de cette insurrection singulière, témoignant des discours et des valeurs qui la fondent, Alice Ferney s’empare d’un sujet aussi urgent qu’universel pour célébrer la beauté souveraine du monde marin et les vertus de l’engagement. Alors que l’homme étend sur les océans son emprise prédatrice, Le Règne du vivant questionne le devenir de « cette Terre que nous empruntons à nos enfants » et rend hommage à la dissidence nécessaire, face au cynisme organisé.

 

Note de l’éditeur :

 

Magnus Wallace, militant écologiste, parcourt les mers à bord de l’Arrowhead pour arraisonner les navires baleiniers qui braconnent en zones protégées. Un combat pour les droits de l’animal, une insurrection singulière qui force l’admiration, racontés dans un roman qui célèbre la beauté du vivant et la nécessité d’une prise de conscience.

 

L’auteur :

 

Tous les romans d’Alice Ferney sont disponibles chez Actes Sud, notamment Grâce et dénuement (1997, prix Culture et bibliothèques pour tous), La Conversation amoureuse (2000) et Cherchez la femme (2013).

 

 

Mon avis :

 

Magnus Wallace, militant écologiste n’hésite pas à mettre en péril sa vie  pour s’opposer entre les baleiniers et leurs proies.

Un journaliste norvégien est à ses côtés pour filmer la beauté des océans et la cruauté des hommes et va découvrir combien il est important de laisser un monde meilleur aux futures générations.

 

Une très belle écriture, pour ce roman écologique où on suit l’engagement de Magnus Wallace à travers la voix de Gérald le journaliste.

 

Plaidoyer écologique, livre révolutionnaire,

 

Ce qui m’a dérangé c’est le narrateur qui n’est pas le militant écologique mais le journaliste qui filme. Il est là pour montrer à tout le monde ce qui se passe, mais il n’est pas vraiment engagé comme l’est Magnus Wallace, pour le narrateur il y a de la curiosité, de l’admiration face à l’équipage et au militant.

 

 

Je ne connaissais pas l’auteur qui pourtant a déjà écrit plusieurs livres.

J’ai gardé ce livre pour la fin, je n’étais pas vraiment attirée par le sujet et pourtant il me touche beaucoup, mais dans un livre j’avais peur d’être déçue que ce ne soit pas vraiment un roman, mais plus un récit écologique, un plaidoyer. Et j’ai eu raison, ce n’est pas vraiment un roman, mais l’écriture est belle, les descriptions sont poétiques, crues, parfois violentes mais toujours avec une écriture sensible et pleine d’élégance.
Qu’on soit sensible à la cause écolo ou pas, ce livre est très touchant, comment rester insensible devant ses hommes qui n’ont aucune limite quand ils ont leurs proies devant eux ? Alors que cette pêche est illégale ? Rien n’est épargné au lecteur, un livre avec des cadavres dépecés rejetés à la mer, des animaux torturés, la corruption, le trafic… tout y passe dans le récit.

Pour moi il y a trop de dialogue et de longs discours théoriques dans ce récit ce qui rend la lecture un peu trop ennuyante, il n’y a pas de suspense on sait ce qui va arriver quand on lit ce livre. Heureusement que l’auteur a une belle écriture et que ce livre est court.

 

***

 

Note : 2/5

***

 

 

Livre lu dans le cadre du prix des lecteurs pour la rentrée des lecteurs

Je remercie les Editions Actes Sud et Entrée Livre pour m’avoir donné l’opportunité de lire ce roman, que je n’aurais jamais lu si je ne l’avais pas reçu dans le cadre de la rentrée littéraire.

 

Retrouvez mon avis sur le site 

CoupsdeCoeur

coup de coeur des lecteurs 2014

Publicités

2 réflexions sur “Le règne du vivant – Alice Ferney #rentréelittéraire #lecture

  1. Pingback: Mon bilan de la #rentréelittéraire #lecture | De Quoi Je Me Mél ?

  2. Pingback: Mon bilan de cette année littéraire | De Quoi Je Me Mél ?

Un petit "De Quoi Je Me Mél ?" à me laisser ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s